F.N.E. : Carbone et exploitation des forets

, par  Association ARPENT , popularité : 30%

Lors de la COP21, la France apparaissait en chef de file des pays engagés pour lutter contre le réchauffement climatique. Un peu plus d’un an plus tard, la position qu’elle s’apprête à porter lundi 27 mars à Bruxelles concernant un volet important de la politique d’atténuation du changement climatique, les forêts, pourrait constituer un revirement préoccupant. Analyse et propositions de FNE.

Les forêts constituent des puits de carbone indispensables. Chaque année, les forêts françaises absorbent ainsi l’équivalent de 12% des émissions de CO2 du pays, et sont les championnes sur terre (les océans faisant le même "travail" ailleurs) de la lutte naturelle contre le changement climatique.

En signant l’accord de Paris lors de la COP21 fin 2015, les Etats se sont engagés à préserver ou augmenter les puits de carbone. Cela inclut évidemment le puits de carbone forestier, qui provient de deux sources potentielles : la croissance des arbres et l’augmentation des surfaces forestières. Au niveau européen, la déclinaison de ces engagements se traduit par la révision du « Paquet Energie Climat 2030 », en cours de discussion. Et c’est là que la forêt intervient…

En quoi la politique forestière française pose problème vis-à-vis de la comptabilité carbone ?

Voir en ligne : L’article complet