À la centrale de Cordemais, EDF tente de remplacer le charbon par des déchets de bois

, par  Association ARPENT , popularité : 24%

Menacée de fermeture, la centrale à charbon d’EDF à Cordemais, en Loire-Atlantique, pourrait finalement continuer à fonctionner après la date de 2022 grâce à son projet "Écocombust" de fabrication de biomasse. L’électricien tente de remplacer progressivement le charbon par des granulés de bois issus de déchets d’ameublement ou de construction. Pour les ONG, cela constitue un "obstacle à la transition écologique".

Remplacer le charbon par de la biomasse issue de déchets de bois pour faire tourner sa centrale, c’est ce que se propose de faire EDF à Cordemais (Loire-Atlantique), dans l’estuaire de la Loire. Alors que le gouvernement a promis de fermer les quatre dernières centrales à charbon du territoire d’ici 2022, l’électricien national carbure pour trouver une alternative. Il a déjà obtenu une première victoire en ce début d’année en faisant sauter le verrou du calendrier.

La centrale pourra utiliser des volumes réduits de charbon après cette date, pour garantir l’approvisionnement en électricité de la Bretagne, à condition que son projet de conversion à la biomasse réussisse. EDF teste depuis 2015 un dispositif de co-combustion baptisé "Écocombust". L’objectif est de parvenir à un ratio à 80 % de biomasse et 20 % de charbon à l’hiver 2022/2023, avant d’atteindre 100 % de biomasse à horizon 2025/2027. Un enjeu important pour la sécurité d’approvisionnement de la Bretagne, selon les autorités.

Voir en ligne : l’article complet