Une action en justice appelant à retirer la biomasse forestière de la directive européenne sur les énergies renouvelables

, par  Association ARPENT , popularité : 12%

BRUXELLES, le 4 mars 2019 – Une action en justice historique a été déposée aujourd’hui contre l’Union européenne (UE) par des plaignants issus de cinq États membres européens, dont la France, la Roumanie, l’Irlande, la Slovaquie et l’Estonie, estimant qu’en promouvant la combustion de bois des forêts comme source d’énergie renouvelable et neutre en carbone, la directive européenne sur les énergies renouvelables révisée en 2018 (RED II) détruira les forêts et augmentera les émissions de gaz à effet de serre.

L’affaire, qui a été déposée devant la Cour générale européenne à Luxembourg, cite des preuves scientifiques selon lesquelles les centrales au bois rejettent, dans l’atmosphère, plus de dioxyde de carbone (CO2) par unité d’énergie que les centrales à charbon. La politique de l’UE ne prend en effet pas en compte les émissions de CO2 résultant de la combustion de biocombustibles pour produire de la chaleur ou de l’énergie, ce qui laisse penser que ces derniers seraient plus respectueux du climat que les combustibles fossiles. Les plaignants demandent à la Cour d’annuler les dispositions de la directive relatives à la biomasse forestière, afin de rendre la pratique de combustion de biomasse forestière inéligible pour atteindre les objectifs des États membres de l’UE en matière d’énergies renouvelables et d’octroyer des subventions à ce titre.

Voir en ligne : l’article complet