En Espagne, le jour se lève sur l’énergie solaire

, par  Association ARPENT , popularité : 35%

Depuis un an et la nouvelle réglementation introduite par le gouvernement, la part de la production électrique venant du solaire augmente. L’autoconsommation photovoltaïque, soutenue par des coopératives citoyennes, retrouve de l’intérêt. Les grands fournisseurs d’électricité lancent dans le même temps d’énormes projets.

L’Espagne et son sempiternel cliché soleil-chaleur-plage. II est vrai que le voisin du sud des Pyrénées est l’un des pays les plus ensoleillés d’Europe, justifiant sûrement une grande partie de l’intérêt touristique qu’il dégage. En revanche, à l’heure de profiter de cette ressource naturelle pour générer son électricité, il est loin d’être à la hauteur de son potentiel. D’après le baromètre photovoltaïque 2019 d’Eurobserv’ER, l’Espagne n’arrive qu’en cinquième position de l’Union européenne en matière de production d’électricité d’origine photovoltaïque (7.785 TWh en 2018) derrière l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France. Mais depuis un an, date d’un changement de législation, un regain d’intérêt pour le solaire a touché le pays.

« Cette modification a entraîné un tournant dans le secteur, surtout pour l’autoconsommation. On estime que 40 % des installations individuelles mises en place en 2018 datent du dernier trimestre, soit juste après la publication du décret », explique Paula Santos, directrice technique de l’Union espagnole photovoltaïque (Unef). « On n’a pas encore de chiffres exacts mais on considère qu’environ 1.300 installations individuelles seront implantées dans les prochains mois, ajoute Víctor Naval, membre de la coopérative solaire Som Energía, la plus grande du pays avec 60.000 adhérents. On a l’impression que les Espagnols n’ont plus peur d’entreprendre des changements au niveau de leur maison, de leur toit, pour être moins dépendants des fournisseurs d’électricité. »

Voir en ligne : lire l’article