Le Parc national des forêts : un nouveau venu dans un paysage sinistré

, par  Association ARPENT , popularité : 63%

Événement rare : un onzième parc national est créé jeudi 7 novembre, afin de protéger les forêts de Champagne et Bourgogne. Mais pour donner des moyens au nouveau venu, on en prend aux parcs déjà existants, alertent les syndicats et présidents de parcs nationaux.

C’est le 11e parc national, le premier créé en plaine et dédié aux forêts de feuillus, celui situé le plus au nord en France et le plus proche de Paris. Ce jeudi 7 novembre est publié le décret de création du Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne, qui protège désormais une partie du plateau de Langres, entre la Haute-Marne et la Côte d’Or.

« En France, seules 30 % des forêts actuelles étaient déjà boisées au moment de la Révolution française. Dans le parc, 80 % des surfaces forestières l’étaient. Les écosystèmes sont très préservés. Par ailleurs, il n’y a pas de grandes infrastructures qui fragmentent le territoire », explique à Reporterre Hervé Parmentier, directeur du groupement d’intérêt public chargé de préparer la création du parc.
« Nous allons ré-ensauvager la forêt, créer une réserve intégrale de 3.100 hectares »

Certains marais à l’écosystème particulier abritent « une abondante flore à caractère montagnard ou boréal », vante le parc, qui égrène des noms qui titillent l’imaginaire du néophyte : Choin ferrugineux, Swertie pérenne, Linaigrette ou Ligulaire de Sibérie...

« Nous allons ré-ensauvager la forêt », s’enthousiasme M. Parmentier. « Nous allons créer une réserve intégrale de 3.100 hectares de forêt que nous n’exploiterons pas. Nous allons la laisser évoluer librement et observer. »

Voir en ligne : l’article complet