La bioénergie n’est pas sans inconvénients

, par  Association ARPENT , popularité : 13%

Utiliser de la biomasse à la place des énergies fossiles est de plus en plus érigé comme une solution neutre en carbone par les groupes industriels. Mais des scientifiques sonnent l’alarme, notamment sur les effets de cette technologie sur les forêts.

Aux Etats-Unis, dans l’Illinois, le groupe ADM développe une technologie unique au monde à grande échelle. Sa solution ? La bioénergie avec captage et stockage de CO2 (BECCS, selon le sigle en anglais). Comprenez : pour fabriquer son éthanol, le groupe utilise de la biomasse – qui n’est autre que la combustion de bois – à la place des énergies fossiles, puis il capte ses émissions de CO2 pour les injecter ensuite dans les failles géologiques. Avec l’urgence climatique, ce type d’usine à… biomasse avec captage du carbone intéresse de plus en plus de pays. Par exemple, le Royaume-Uni en a fait un des axes de son plan de décarbonation à l’horizon 2050. Ce dernier compte un projet pilote visant à reconvertir plusieurs de ses centrales électriques vers cette technologie BECCS.
Reste que le seul fait de brûler des granules de bois en grandes quantités pour produire de l’énergie fait déjà polémique. Alors que des groupes comme Drax, première centrale à biomasse anglaise, mettent en avant la neutralité carbone du procédé pour se développer à tout-va, des experts la contestent et surtout s’inquiètent de l’impact sur les forêts. A ce titre, près de 800 chercheurs ont interpellé en 2019 les députés européens pour que la biomasse forestière soit limitée, notamment aux résidus et déchets.

Voir en ligne : lire l’article