Les forêts publiques sous la menace d’une privatisation rampante

, par  Association ARPENT , popularité : 13%

Alors que l’Office national des forêts (ONF) assume des fonctions d’intérêt public majeures en ces temps de réchauffement climatique, le gouvernement organise méthodiquement son asphyxie financière et prépare une réforme du code forestier. Des missions de police vont par exemple être confiées à des salariés sous statut privé.

Il y a des privatisations qui font grand bruit, comme celle d’Aéroports de Paris que projette le gouvernement et qui rencontre une très forte opposition citoyenne. Et il y en a d’autres dont on parle moins mais qui sont tout aussi problématiques, sinon plus. La privatisation rampante qui est en train de déstabiliser l’Office national des forêts (ONF) fait assurément partie du lot. Car l’établissement public assume des missions d’intérêt général de première importance : des missions économiques, sociales et environnementales.

Mais le gouvernement organise méthodiquement son asphyxie financière et surtout prépare une réforme du code forestier, qui pourrait avoir des conséquences importantes. Une disposition en particulier révèle la philosophie du projet gouvernemental : alors que les recrutements de fonctionnaires sont bloqués depuis deux ans, le gouvernement n’envisage que des recrutements sous statut de droit privé ; et ces nouveaux agents contractuels pourraient concourir à toutes les missions confiées à l’ONF, y compris les missions… de police.

Voir en ligne : lire l’article