L’UE doit protéger les forêts plutôt que les brûler pour produire de l’énergie

, par  Association ARPENT , popularité : 77%

Le moment est venu de dire aux responsables de l’UE que brûler du bois comme combustible est une catastrophe pour les forêts et le climat, et que ce n’est pas ce que les gens veulent comme "énergie renouvelable".

A Tonnerre, le projet de centrale biomasse a été abandonné à notre grande satisfaction. Mais les directives européennes ne vont pas dans le bon sens :
À l’heure où nous écrivons, les décideurs politiques de l’UE prennent des décisions critiques quant à notre réponse aux crises du climat et de la biodiversité, sur la façon dont nous produisons de l’énergie et protégeons la nature. Ces décisions auront des conséquences pour des décennies. Le moment est venu de dire aux responsables de l’UE que brûler du bois comme combustible est une catastrophe pour les forêts et le climat, et que ce n’est pas ce que les gens veulent comme "énergie renouvelable".

La pauvreté énergétique est un grave problème dans l’UE, et de nombreuses personnes dépendent du bois de chauffage pour leurs besoins. Par conséquent, cette pétition ne dit pas que "nous ne devons pas brûler de bois comme source d’énergie". Cependant, les lucratives subventions accordées à la biomasse au titre des énergies renouvelables causent une recrudescence des abattages d’arbres, ce qui accroît les émissions de CO2 et dégrade les écosystèmes forestiers. L’impact sur les émissions de gaz à effet de serre est aggravé parce que la combustion du bois absorbe de précieux financements publics qui seraient mieux employés pour soutenir des sources d’énergie renouvelable à faibles émissions comme le solaire et l’éolien.

La quantité de bois brûlé pour la production d’électricité et de chauffage a considérablement augmenté depuis que l’UE a commencé à l’intégrer dans ses objectifs d’énergies renouvelables. Dans l’UE, plus d’un tiers de l’énergie ‘renouvelable’ provient désormais de la combustion du bois, dont une grande partie provient directement des forêts.

Les forêts de l’UE en paient le prix. Les conseillers scientifiques de la Commission européenne ont récemment constaté que l’UE perd ses forêts rapidement, en partie à cause de l’augmentation des abattages pour le bois de chauffage. Mais les forêts de l’UE ne sont pas les seules à souffrir. L’UE importe de plus en plus de bois de chauffage des États-Unis, du Canada, de la Russie, d’Ukraine et même du Brésil. Rien qu’en Amérique du Nord, l’industrie des granulés de bois (“pellets”) consomme des millions de tonnes d’arbres par an. C’est pourquoi des ONG environnementales du monde entier soutiennent cette pétition.

Brûler de la biomasse n’a pas seulement un impact sur les forêts et le climat : sur notre santé aussi. Brûler du bois est une source majeure de pollution atmosphérique, qui tue déjà plus de 1 000 personnes par jour dans l’UE.

Les consommateurs et les contribuables européens paient pour ces dégâts aux forêts, au climat et à la qualité de l’air via des subventions pour les énergies renouvelables censées soutenir les énergies "propres et vertes". Rien qu’en 2017, les citoyens de 15 États-membres de l’UE ont versé plus de 6,5 milliards d’euros en subventions pour le bois-énergie, et le chiffre total pour l’ensemble de l’UE est bien plus élevé.

Nos forêts nous fournissent de l’air frais et de l’eau propre, et contribuent à réguler le cycle des précipitations. Elles stockent le carbone, limitent les effets dangereux du dérèglement climatique pour les populations locales, et sont des sanctuaires pour un nombre incalculable d’espèces végétales et animales. Les piller pour en faire du combustible est une fausse solution qui met tout cela en danger.

Voir en ligne : SIgnez la pétition !