Le poumon vert de la planète suffoque L’Amazonie absorbe de moins en moins le dioxyde de carbone rejeté par l’homme

, par  Association ARPENT , popularité : 46%

La forêt amazonienne va mal. Très mal. Et c’est une mauvaise nouvelle pour le climat de la planète. Voici les principales conclusions d’une étude gigantesque, publiée le 19 mars dans la dernière édition de la revue Nature, et menée par une centaine de chercheurs sous la direction de l’Université de Leeds.

« Depuis trois décennies, nous surveillons l’évolution de la jungle amazonienne, raconte Jérôme Chave, chercheur au laboratoire Evolution et diversité biologique à l’Université de Toulouse (CNRS). C’est un véritable travail de fourmi. Nous observons plus de 320 parcelles de forêt, réparties sur six millions de kilomètres carrés. Pour chacune de ces zones, nous mesurons à intervalle régulier la croissance des végétaux, soit plus de 200 000 arbres surveillés. »

Mortalité végétale en forte hausse

Ces observations très précises montrent que la mortalité de la végétation s’est envolé de plus d’un tiers depuis le milieu des années 1980. « Deux raisons semblent expliquer ce phénomène, poursuit Jérôme Chave. D’abord, deux sécheresses exceptionnelles ont frappé la région, en 2005 et 2010. Elles ont joué un rôle important dans cette augmentation de la mortalité. Mais nos données montrent que ce processus était engagé bien avant 2005. »

Voir en ligne : lire l’article complet