Barrages de Tonnerre :

, par  Association ARPENT , popularité : 33%

Il y a du nouveau concernant les barrages de Tonnerre :

1) Le syndicat mixte du bassin versant de l’Armançon (SMBVA, ex SIRTAVA) organise une réunion publique le mardi 3 mai à la salle du conseil de la mairie de Tonnerre. Le mél reçu de Vincent Govin le 25/04/16 (court, le délai !) m’en informe, mais il ne précise pas l’heure. J’ai dû me tourner vers le secrétariat de mairie qui m’a confirmé pour 18 h 00.

Je pense qu’il est important de montrer que nous sommes de nombreux opposants à ce projet, d’autant que la demande d’organiser une réunion avant l’enquête publique vient de notre part. Amenez du monde : amis, voisins, pêcheurs, etc ...

Je ne me fais pas d’illusion, cela ne changera pas la position du Syndicat, mais permettra de faire entendre notre voix auprès d’éventuels citoyens participants.

2) Il semblerait que l’enquête publique serait programmée entre les 15 mai et 15 juin environ. Nous aurons peut-être plus d’infos lors de la réunion publique.

Illustration 1 : Barrage dit de saint Nicolas, vu de l’aval, En arrière plan, le pont éponyme.

3) Voici un extrait d’un message de Charles Champetier (Association hydrauxois), avec un lien à diffuser sans modération, qui montre que la motivation initiale de ce projet (amélioration de la qualité piscicole) n’est absolument pas fondée :

Bonjour à tous,

[...], un nouvel article sur les effacement de Tonnerre :
http://www.hydrauxois.org/2016/03/armancon-aval-peuplements-piscicoles.html

Il se trouve que des chercheurs ont étudié l’histoire des peuplements sur plus d’un siècle, et que ceux-ci sont soit stables, soit évoluant dans un sens favorable aux populations que l’on prétend protéger en détruisant les ouvrages (les rhéophiles). 

Autant dire qu’on fout vraiment l’argent en l’air (à l’eau ici) – ce que nous savions, mais plus il y a d’éléments tangibles pour le démontrer, mieux c’est.

Toujours disponible pour une réunion d’information si l’enquête publique se dessine, mais il se peut que la lettre de Ségolène Royal aux Préfets demandant de geler les effacements ait bloqué les choses (?).

Par ailleurs, les députés ont voté la loi de biodiversité et un amendement au L 214-17 CE donne 5 ans de plus pour aménager dans les cas où le dossier a été déposé (cas de Tonnerre). Cela veut dire qu’il n’y a pas d’obligation de faire un choix définitif avant décembre 2022 (au lieu de décembre 2017). A faire savoir aux élus, qui subissent le chantage à l’urgence.

CFC

4) Pendent l’ouverture de l’enquête publique, nous déposerons un dossier argumenté auprès du commissaire, mais il faudra aussi que tous les opposants viennent déposer des avis négatifs. Durant cette enquête, nous comptons organiser une vraie réunion d’information. Parlez-en autour de vous. J’ai déjà rencontré pas mal de pêcheurs qui sont tous contre.

Amicalement,

Alain GUILLON