Le rapporteur public se prononce contre l’exploitation de la centrale biomasse de Gardanne

, par  Association ARPENT , popularité : 53%

Les opposants qui dénoncent le projet de la centrale biomasse de Gardanne peuvent avoir le sourire. Jeudi 27 avril, le rapporteur public a présenté ses conclusions devant le tribunal administratif de Marseille. Gilles Fedi a demandé l’annulation de l’arrêté préfectoral du 29 novembre 2012 autorisant l’exploitation de la tranche biomasse de la centrale thermique de Gardanne. Une bonne nouvelle pour les quatorze requérants qui avaient saisi le tribunal, même si ce dernier n’est pas tenu de suivre les conclusions du rapporteur public.

Le rapporteur s’appuie principalement sur l’insuffisance de l’étude d’impact qui a précédé l’autorisation préfectorale. Selon le magistrat administratif, cette étude, qui s’est limitée à cinq communes dans un rayon de trois kilomètres autour de la centrale, ne contient pas d’analyse des effets négatifs indirects et permanents du projet sur l’environnement, les paysages, l’approvisionnement, et la production de bois. Toujours selon lui, « il est important de mesurer l’impact à long terme du projet sur l’environnement, le prélèvement risque de tarir la ressource pour les autres acteurs ». Alors que la tranche biomasse de la centrale doit consommer 1.800 tonnes de bois par jour, le rapporteur déplore : « L’étude initiale ne dit rien sur les rotations quotidiennes des poids-lourds, on nous dit 250 par jour… »

Voir en ligne : L’article complet