L’illusion de la capture industrielle du CO2

, par  Association ARPENT , popularité : 9%

Comment rester sous le seuil des 1,5°C de réchauffement ? Le dernier rapport du Giec préconise de retirer du carbone de l’atmosphère et envisage le déploiement de technologies dites "à émissions négatives". En clair : nous pouvons continuer à émettre du CO2, les technologies de demain règleront le problème. Or, la concrétisation de ces technologies est plus qu’hypothétique, et leurs effets pourraient être dangereux pour les générations futures, explique Kévin Jean, de l’association Sciences Citoyennes dans cette tribune.

C’est l’un des messages qui ressort à la lecture du rapport spécial du Groupe intergouvernemental des experts sur l’évolution du climat (Giec) publié le 8 octobre dernier [1] : contenir le réchauffement climatique à 1,5 °C reste possible, mais cela nécessite des changements rapides et sans précédent. Si nous tardons à réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, le seul espoir d’atteindre cet objectif reposera sur le déploiement de technologies à émissions négatives, ou TEN.

Derrière ce bel oxymore se cachent des technologies dont le but est de retirer du carbone de l’atmosphère. Déjà, dans le dernier rapport du Giec en 2014, la part belle était faite à ces technologies dans les modèles climatiques évalués par le groupe d’experts, alors même que leur potentiel réel de captation de CO2 reste tout théorique [2]. Or, ces modèles climatiques ne font pas qu’explorer de possibles trajectoires futures : en servant de support aux négociations climatiques, ils rendent ces futurs plus susceptibles d’advenir. Au détriment d’autres trajectoires trop peu explorées.

Voir en ligne : l’article complet