La RDC, deuxième front de la déforestation mondiale

, par  Association ARPENT , popularité : 35%

A la différence du Brésil qui a démontré sa volonté de mener des politiques ambitieuses de lutte contre la déforestation, l’application des lois constitue le grand point faible dans cet Etat aussi vaste que l’Europe occidentale.

L’élection de Félix Tshisekedi augure-t-elle de jours meilleurs pour la protection des forêts de République démocratique du Congo (RDC) ? Le nouveau président, s’est jusqu’à présent montré peu prolixe sur le sujet. Sa seule intervention lors de la réunion du One planet summit le mois dernier à Nairobi a été perçue par les plus indulgents comme une occasion manquée. Les plus sévères ont jugé la prestation ratée, révélatrice d’un homme indifférent aux enjeux écologiques.

Les données mondiales publiées jeudi 24 avril par Global Forest Watch, le projet d’observation par satellites des forêts conduit par l’université du Maryland (Etats-Unis) montrent pourtant que le pays qui abrite près de la moitié de la forêt africaine continue à perdre ce capital de biodiversité à un rythme croissant depuis le début du siècle. En 2018, la RDC a enregistré une réduction de son couvert forestier de 481 000 hectares confirmant son deuxième rang derrière le Brésil et devant l’Indonésie parmi les pays les plus affectés par le recul des écosystèmes arborés. En quinze ans, la RDC a perdu 6 % de son couvert forestier.

Voir en ligne : l’article complet