Un rapport du Giec appelle à une gestion plus durable des sols dans l’agriculture et la sylviculture

, par  Association ARPENT , popularité : 39%

Cette étude, approuvée par les 195 pays membres, est la plus complète jamais publiée sur les effets de l’agriculture et de la sylviculture sur la dégradation des sols.

Les activités humaines ont une forte influence sur la qualité des sols et participent ainsi au réchauffement climatique. Ce sont les principales conclusions du rapport spécial du Giec publié jeudi 8 août, après l’approbation du texte par les 195 pays membres de ce groupe d’études sur le climat. Dans le détail, cette étude est consacrée au "changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres". Elle évalue également les conséquences de l’agriculture et de la sylviculture sur la qualité des sols.

Voir en ligne : l’article