Carte blanche : « Quels arbres pour la forêt de demain ? »

, par  Association ARPENT , popularité : 23%

17 scientifiques et académiques de la Fédération Wallonie – Bruxelles cosignent cette carte blanche pour alerter sur les risques de destruction de l’écosystème des forêts wallonnes par l’introduction massive d’espèces végétales exotiques.

Changements climatiques, émergence de nouveaux pathogènes, insectes ravageurs, dépérissement progressif : la forêt wallonne est indubitablement en crise. Face à ce constat inquiétant, une solution souvent présentée aux gestionnaires forestiers consiste à introduire en forêt de nouvelles espèces d’arbres originaires d’autres continents et mieux adaptées au climat chaud qui nous attend. Il s’agirait de « ré-enrichir » la forêt européenne, qui serait trop pauvre pour surmonter cette crise.

Nous pensons que cette solution ne doit pas être un axe prioritaire de l’adaptation des forêts aux changements globaux car chaque introduction d’espèce exotique présente des risques sanitaires, d’invasion et de dérèglement de l’écosystème.

Lire aussi
Grand format – En Wallonie, la forêt de demain est testée en grandeur nature

Préserver les facteurs de stabilité

En effet, une forêt n’est pas une simple juxtaposition d’arbres. Son bon fonctionnement, notamment sa capacité à réagir aux maladies, ravageurs et aléas climatiques, dépend de la diversité des interactions qui existent au sein de l’écosystème. Chaque espèce d’arbre possède son cortège d’espèces associées, parfois très spécialisées (micro-organismes, champignons, lichens, insectes, oiseaux, etc.), qui interagissent pour assurer une certaine stabilité aux forêts. Pour continuer à jouer son rôle dans la résilience des forêts, cette diversité d’espèces et d’interactions, qui s’est formée pendant des millénaires au sein de l’écosystème, doit être préservée avec prudence par les gestionnaires forestiers.

Voir en ligne : l’article complet