Faut-il adapter la forêt aux changements climatiques ? Pas sûr !

, par  Association ARPENT , popularité : 2%

Forêt et changement climatique : pour Lorraine Nature Environnement, la crise actuelle démontre d’abord la très grande vulnérabilité des forêts artificielles. Voici son analyse.

Aujourd’hui, la forêt ne doit plus être considérée comme une « usine à bois ». Il faut prendre en considération toutes les fonctions de la forêt : protection des sols, qualité des eaux, lieu de détente pour la population, maintien de la biodiversité …. Ramener la forêt à sa seule fonction de production est un non-sens.

Lorraine Nature Environnement, fédération des associations de protection de la nature, met en garde contre la tentation de recourir à des essences exotiques pour adapter la forêt au changement climatique. Elle prône la régénération naturelle et demande qu’un large débat soit ouvert.
Faut-il introduire des cèdres de l’Atlas ou des chênes des Canaries en Lorraine en remplacement des épicéas décimés par le scolyte, les canicules et les sécheresses ? Pour LNE, la réponse est clairement non.
La fédération s’inquiète de voir les pouvoirs publics remettre en cause la régénération naturelle, stratégie adoptée après la tempête de 1999. Elle met en garde État et collectivités contre une nouvelle artificialisation de la forêt qui, aux dires de la filière bois, garantirait la production future de bois. C’est un pari sur l’avenir risqué car personne aujourd’hui ne sait comment se comporteront ces nouvelles essences, ni quels seront les produits recherchés dans 50 ans. Quant aux changements climatiques, si on constate en Grand Est une hausse des températures, on assiste surtout à des dérèglements imprévisibles sur lesquels nous n’avons pas encore de recul.

Voir en ligne : l’article complet