Pour une eau du robinet garantie sans pesticides !

, par  Association ARPENT , popularité : 2%

Alors que seulement 206 pesticides sont recherchés en moyenne dans l’eau potable, sachant qu’il en existe plus de 750 dans la nature, nous demandons au Ministère de la Santé de garantir une eau du robinet sans pesticides en augmentant significativement la recherche de ces substances nocives.

Plus de 750 molécules différentes de pesticides dans la nature
Les pesticides représentent en France la première cause de dépassement des normes de qualité définies pour l’eau du robinet. Mais alors que plus de 750 molécules différentes de pesticides et de leurs dérivés sont susceptibles de se retrouver dans l’eau potable, seulement 206 sont recherchées en moyenne sur le territoire français dans le cadre des analyses officielles réalisées pour le compte des Agence Régionales de Santé (ARS).
Seulement 12 pesticides recherchés en moyenne dans l’Aisne contre 609 dans le Var !

Mais ce chiffre moyen cache d’énormes disparités locales, en effet, la liste des molécules recherchées est définie par chaque ARS, en fonction des spécificités locales, notamment agricoles. Notre enquête sur les analyses officielles révèle que pour près de vingt départements, le spectre des analyses est clairement insuffisant pour garantir aux consommateurs l’absence de pesticides au-delà des teneurs autorisées. C’est le département de l’Aisne qui se distingue par le plus faible nombre de substances recherchées avec seulement 12 molécules en moyenne, soit 50 fois moins que dans le Var qui en recherche 609 !
De l’eau aux pesticides bue par 450 000 consommateurs… ou peut-être bien plus

Alors que près de 450 000 consommateurs boivent une eau non conforme sur ce critère, le très faible nombre de molécules de pesticides recherchées dans de nombreux départements français fait craindre que cette proportion soit en réalité bien plus élevée.

Afin de garantir une eau véritablement indemne de pesticides et limiter l’exposition des consommateurs à ces molécules particulièrement nocives, nous demandons au Ministère de la Santé de définir le nombre minimal et la nature de pesticides à analyser.
La qualité de l’eau potable n’est pas négociable !

Signez la pétition et faites-la circuler, nous avons besoin de vous !

Pétition lancée à l’initiative de l’UFC-Que Choisir et Générations futures

Voir en ligne : Signez la pétition