L’évolution suit le climat : les chênes se sont rapidement adaptés aux variations climatiques de l’Anthropocène

, par  Association ARPENT , popularité : 4%

Avec l’accélération du réchauffement climatique due aux activités humaines, la question de la vitesse d’évolution et d’adaptation des arbres est au cœur des préoccupations actuelles des chercheurs et forestiers. Les chercheurs d’INRAE, de l’ONF, du CEA ainsi que des universités d’Uppsala (Suède) et de Zhejiang (Chine) ont étudié l’évolution des chênes de trois forêts françaises au cours des trois derniers siècles, de la période froide du Petit âge glaciaire au réchauffement dû aux activités humaines. Leurs résultats, publiés le 5 janvier dans Evolution letters, montrent que les chênes évoluent rapidement et sont capables de s’adapter aux variations climatiques en quelques générations. D’après ces conclusions, les gestionnaires forestiers auraient ainsi intérêt à raccourcir les générations et à favoriser la régénération naturelle des forêts pour faciliter l’évolution rapide des peuplements.

Les chercheurs ont réalisé une analyse rétrospective de l’évolution des chênes entre 1680 et aujourd’hui, une échelle de temps qui a vu se succéder la période froide du Petit âge glaciaire (1450-1850) et la période chaude de l’Anthropocène, depuis 1850 jusqu’à l’époque actuelle. Ces travaux avaient pour objectif de comprendre comment les populations de ces arbres ont réagi aux différentes variations climatiques. Concrètement, ils ont séquencé et analysé le génome entier de 600 chênes de trois forêts françaises (Tronçais dans l’Allier, Réno Valdieu dans le Perche et Bercé dans la Sarthe) répartis en quatre cohortes selon leur âge : la première avec une moyenne d’âge de 340 ans, la seconde de 170 ans, la troisième de 60 ans et la dernière de 12 ans. Les scientifiques ont étudié les variations dans les fréquences des allèles1 observables dans le génome des quatre cohortes. Ils ont mis en relation ces variations avec l’évolution du climat, notamment la fréquence d’événements extrêmes comme des hivers rigoureux ou des sécheresses extrêmes.

Voir en ligne : l’article complet