Une forêt bretonne détruite au nom de la transition énergétique

, par  Association ARPENT , popularité : 2%

Une forêt est sur le point de disparaître dans le Morbihan. La raison en est ubuesque : il s’agit d’implanter à sa place un parc éolien dans le cadre de la transition énergétique. Une décision pour le moins incompréhensible lorsque l’on sait que les forêts permettent de stocker du CO2 en plus de préserver la biodiversité. Mais à y regarder de plus près, derrière l’hypocrisie de la “croissance verte” se cache l’appât du gain d’une multinationale soutenue par l’État.

En Bretagne, dans le Morbihan, la forêt de Lanouée est victime d’une écologie industrielle et capitaliste ignorant la souveraineté des populations locales. La multinationale canadienne Boralex y construit un parc de 17 éoliennes de près de 200 mètres de haut.

La forêt de Lanouée est un réservoir de biodiversité et abrite de nombreuses plantes rares, espèces de mammifères, d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens. Au total, ce sont 66 espèces protégées qui s’y nichent. Parmi elles, sont recensé·es l’écureuil roux, le busard Saint-Martin, la fauvette pitchou ou encore l’orvet fragile et le triton palmé.

C’est leur habitat qui est en passe d’être détruit, conséquence du défrichage de près de 12 hectares prévu par le projet de parc éolien. Dans le Parisien[1], un habitant témoigne : « Avant, il y avait de la tourbe[2] ici, maintenant c’est un chemin avec un mètre de pierres […] Des couloirs à batraciens ont été détruits au bulldozer sur des centaines de mètres ».

Voir en ligne : l’article complet