Sauver la planète depuis son canapé en plantant un arbre : une arnaque écologique et sociale

, par  Association ARPENT , popularité : 4%

Comment s’acheter en même temps une bonne conscience et le droit de continuer à polluer ? Gouvernements et entreprises ont trouvé la solution : la « compensation carbone ». Voyage dans l’empire du capitalisme vert par la Revue Z.

"Pour chaque pack acheté, un arbre planté, c’est aussi simple que ça » , clamait fièrement la marque écossaise BrewDog sur Facebook en mars 2021. Objectif alors annoncé pour l’année : planter un million d’arbres. Partant du principe qu’« on ne cultive pas le houblon dans un désert », ce géant mondial de la bière s’est associé à Eden Reforestation Projects, « une organisation à but non lucratif basée en Californie et qui travaille dans les pays en développement pour réduire l’extrême pauvreté et rétablir des forêts en pleine santé".
En France aussi, des entreprises arguent que consommer des produits mondialisés est un acte engagé, comme la marque de prêt-à-porter Promod. En partenariat avec Reforest’Action, une société qui porte des projets de reforestation financés sur Internet par des entreprises et des particuliers, Promod invite ses client·es à ajouter un arbre à leur panier en ligne en jouant sur leur sensibilité : « Vous avez envie de faire chanter les oiseaux ? D’agir maintenant pour la planète, et pour longtemps ? Vous avez un petit budget et un cœur gros comme ça ? […] Offrez(-vous) un arbre, c’est l’idée-cadeau originale, écoresponsable et engagée pour lutter contre le réchauffement climatique et participer à la restauration de la biodiversité. » Pendant ce temps, au moins 10 000 tonnes de vêtements, linge de maison et chaussures sont jetés chaque année en France.

Voir en ligne : l’article complet