Accueil > CLIMAT-ENVIRONNEMENT > Modifications climatiques > COP 28 : les 6 chiffres de la médiocrité

COP 28 : les 6 chiffres de la médiocrité

jeudi 21 décembre 2023, par Association ARPENT

Tandis que la situation environnementale ne cesse de se dégrader, la COP 28, censée poser des propositions concrètes sur la table, s’est une nouvelle fois achevée sans apporter de solutions sérieuses. À l’inverse, elle aura plutôt été le théâtre de polémiques et l’illustration parfaite de l’inconscience de nos dirigeants face à l’extinction du vivant et donc de l’humanité.

Les COP se succèdent et se ressemblent. Et chaque année, l’espèce humaine court un peu plus à sa perte. Après une avalanche de controverses, la conférence annuelle sur le climat a encore accouché d’une souris, malgré quelques timides mouvements. Retour sur six chiffres qui symbolisent à merveille ce fiasco.

1) Septième producteur mondial de pétrole

C’était l’une des premières polémiques survenues suite à l’annonce de la COP 28 : le pays organisateur. En effet, les débats se déroulaient aux Émirats arabes unis (EAU) et plus exactement à Dubaï, connue comme l’une des villes les plus désastreuses d’un point de vue socio-environnemental.

Quelle idée catastrophique que de planifier une conférence sur le climat, dont les énergies fossiles sont le principal enjeu, précisément dans le septième pays producteur mondial de pétrole, où les habitants sont les cinquièmes plus émetteurs de CO2 du globe. Entre hypocrisie et lobbying pétrolier acharné, la COP28 ne pouvait être qu’un échec.

2) 150 pages de briefing

En plus de son pays organisateur, c’est également le président de cet COP28 qui a largement fait polémique. En effet, le Sultan Al Jaber, qui a mené les débats, n’est nul autre que le patron d’une grosse compagnie pétrolière.

De quoi évidemment mettre le feu aux poudres au vu du contexte. Pire, l’homme a même été accusé par la BBC de vouloir profiter de cette occasion pour négocier des contrats concernant des énergies fossiles. Ces intentions ont en effet pu transparaître dans 150 pages de briefing fournies par le dirigeant et analysés par le média anglais. De quoi jeter l’opprobre sur cette réunion internationale.

3) 2500 lobbyistes des énergies fossiles

Si aucune mesure réelle pour lutter contre le réchauffement climatique n’a été décrétée, les 2456 représentants des énergies fossiles présents lors de la conférence y sont sans aucun doute pour quelque chose.


Voir en ligne : L’article complet

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)